Je me souviens des soldats canadiens

Bannière - MB Jour du souvenir 2019

« Des Canadiens de la 1re division arrivent en Allemagne. Le haut commandement s’inquiétait d’éventuelles attaques allemandes, mais il n’y eut aucun soulèvement armé. Ces soldats canadiens témoignent de la relative sécurité de leur position, puisqu’ils sont assis, fument et s’apprêtent à manger de la viande en conserve. »

Canadiens arrivant sur le Rhin. Peinture par Inglis Harry Jodrel Sheldon-Williams
Collection d’art militaire Beaverbrook MCG 19710261-0657

Calendrier liturgique – Jour du Souvenir

Je me souviens… des soldats canadiens

Cette année, pour mon « effort de guerre » à me souvenir, j’ai lu le livre Canada At War (« Le Canada en guerre ») (1). C’est un genre de bande dessinée, en grands tableaux. Le livre fait un survol de la contribution du Canada à la Deuxième Guerre mondiale. Très intéressant.

Le chapitre 1, Reluctant Warriors (« Des guerriers réticents ») m’a fait réfléchir un peu sur les soldats canadiens. Les soldats eux-mêmes.

Qu’est-ce qui motive un homme ou une femme à s’engager comme soldat?

Les circonstances jouent probablement un rôle. Mais ultimement, ce doit être la cause que l’on joint qui fait pencher la balance.

« En 1914, le Canada s’est retrouvé en guerre quand la Grande-Bretagne l’a déclarée. En 1939, le Canada a décidé lui-même d’aller à la guerre. » (2)

De ce que je comprends, la Première Guerre mondiale était une guerre européenne et la motivation du Canada à y participer était essentiellement politique. La Deuxième était différente. Il y avait beaucoup plus en jeu.

Soldat volontaire ou mobilisé?

J’admire les hommes et les femmes qui se sont engagés volontairement dans les rangs de l’armée durant les deux Grandes guerres. Le combat était loin, de l’autre côté de l’océan. Leur famille, leur ville, leur province, le pays en tant que tel n’étaient pas en danger imminent. Mais ils sont partis quand même, par amour pour leur patrie, pour servir une cause plus grande que leurs propres aspirations. Personnellement, je ne sais pas si j’en aurais eu le courage...

Malheureusement, le recrutement volontaire à lui seul ne maintenait pas le nombre de soldats nécessaires. D’où la conscription.

« La conscription est l’enrôlement obligatoire ou la “mobilisation” (parfois appelée “appel sous les drapeaux”) des citoyens dans l’armée. » (3)

La Loi du service militaire, adoptée en août 1917, stipulait que « tous les hommes de 20 à 45 ans [pouvaient] être appelés sous les drapeaux ». (4) Durant la Première Guerre, 400 000 hommes ont été appelés, mais à peine 25 000 sont arrivés au front avant la fin du conflit. Pour la Deuxième Guerre, il y a eu environ 13 000 conscrits (comparés aux centaines de milliers de volontaires).

Qu’est-ce qui fait la différence entre un soldat volontaire et un mobilisé?… Son engagement face à la cause commune, j’imagine. Mais quel impact sur le moral des troupes et sur les communautés au pays!

« Le débat sur la conscription en 1917 fut l’un des plus violents de l’histoire politique du Canada, et l’un de ceux qui furent la source de grandes divisions. Les Canadiens français, ainsi que nombre d’agriculteurs, de syndiqués, d’immigrants non britanniques et d’autres Canadiens, s’opposaient généralement à cette mesure. Les Canadiens anglophones, avec à leur tête le premier ministre Borden et les principaux membres de son cabinet ainsi que les immigrants britanniques, les familles de soldats et les Canadiens plus âgés, étaient généralement en faveur. »

« Aux accusations de déloyauté, de lâcheté et d’immoralité des partisans acharnés de la conscription, on répondait en leur reprochant d’être impérialistes, stupides et sanguinaires. »

« La conscription [...] polarisa les provinces, les groupes ethniques et linguistiques, les communautés et les familles, et eut des effets politiques durables sur le pays dans son ensemble. Pour beaucoup de Canadiens, ce fut une contribution importante et nécessaire à un effort de guerre chancelant; pour d’autres, ce fut une loi opprimante adoptée de façon malhonnête par un gouvernement plus britannique que canadien. » (5)

Si lointaine que la guerre fût, elle a quand même provoqué des divisions au sein même de notre pays.

Ce qui m’amène à faire une petite digression…

« La guerre fera de nous tous des cadavres! »

Au fil de mes réflexions sur le sujet, durant les derniers jours, une scène de la trilogie cinématographique Le Seigneur des anneaux m’est revenue en tête.

Dans le film Le retour du roi, lorsque les hobbits Frodon et Sam rencontrent le capitaine gondorien Faramir, après une escarmouche contre des hommes du Nord, Faramir dit en pointant le cadavre d’un ennemi au sol :

« L’ennemi?
Son sens du devoir n’était pas moindre que le vôtre, je pense. On se demande quel était son nom, d’où il venait, s’il avait vraiment le mal en lui. Quels mensonges ou menaces ont amené ses pas si loin de chez lui. S’il n’aurait pas mieux fait d’y rester… en paix.
La guerre fera de nous tous des cadavres! » (6)

En fait, la seule chose qui distingue les soldats d’un camp de ceux de l’autre, c’est la nation qui a leur allégeance. Et au bout du compte, le seul véritable ennemi, c’est la guerre elle-même.

 


 

« Tel un bon soldat de Jésus-Christ,
prends, comme moi, ta part de souffrances.
Celui qui s’engage dans une expédition militaire
ne s’embarrasse pas des affaires de la vie civile,
afin de donner pleine satisfaction
à l’officier qui l’a enrôlé. » (7)

Père céleste,
merci pour les hommes et les femmes
qui ont eu le courage
d’aller combattre
le mensonge et l’injustice,
afin que ce pays puisse
aujourd’hui jouir de la paix.
Puisse-t-il demeurer ainsi,
par ta grâce.

Fraternellement en Jésus,

Éléazar, le moine belliqueux

_______________
Les informations générales sur la conscription sont tirées des articles en ligne suivants :

Tous les passages bibliques cités sont tirés de La Bible du Semeur (Colorado Springs : Biblica, 2000).

(1) Canada At War – A Graphic History of World War Two. Écrit par Paul Keery, illustré par Michael Wyatt (Vancouver, Toronto, Berkeley : Douglas & McIntyre Publishers, 2012).
(2) « In 1914, Canada went to war when Britain did. In 1939, Canada decided itself to go to war. » Canada At War.
(3) Conscription – EC.
(4) Conscription – EC.
(5) Recrutement et conscription
(6) Film Le Seigneur des anneaux – Le retour du roi : édition spéciale version longue (New Line Home Entertainment, 2004).
(7) Deuxième lettre de l’apôtre Paul à Timothée, chapitre 2, verset 3 et 4.

page d'introduction

calendrier liturgique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *