Croire à contre-courant

Bannière - MB Dimanche de l'Église persécutée

Calendrier liturgique – Dimanche de l’Église persécutée

Croire à contre-courant…

« [Le Seigneur] m’a répondu : “Ma grâce te suffit, c’est dans la faiblesse que ma puissance se manifeste pleinement.” C’est pourquoi je me vanterai plutôt de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ repose sur moi. Je trouve ainsi ma joie dans la faiblesse, les insultes, la détresse, les persécutions et les angoisses que j’endure pour le Christ. Car c’est lorsque je suis faible que je suis réellement fort. » (1)

(Extraits du Canevas de prédication, Dimanche de l’Église persécutée – Dossier 2019 | Portes ouvertes.)

Être faible

C’est incroyable : Paul, l’inlassable apôtre des nations, le théologien qui connaît parfaitement la Bible, affirme être faible. Et cela en tant que chrétien! Il confesse ouvertement aux chrétiens de Corinthe qu’il est loin d’être fort. Aurait-il pu avouer cela aussi ouvertement dans nos communautés [au Québec]? Aurions-nous accepté cela? Que précisément Paul, l’exemple, l’encourageur, le guide, soit un chrétien faible?

Or justement, les Corinthiens avaient bien besoin de cet aveu. Car beaucoup de membres de leur communauté se considéraient comme forts et d’une grande spiritualité. Être faible n’était pas bien vu. C’est pourquoi Paul leur oppose sa propre expérience : « Je ne peux pas être fort tout seul. » Les déceptions dans la communauté, les échecs personnels, les maladies, les attaques extérieures, tout cela est inévitable. Et cela affaiblit énormément. L’idée que l’on avait du Dieu bon en prend un sérieux coup quand les choses se passent autrement qu’on ne l’avait pensé. Notre foi aussi en prend un coup. Mais Paul nous encourage, nous les chrétiens du monde entier : avec Jésus, tu peux être faible! Tu peux lui poser toutes tes questions! Tu peux adresser à Dieu tes plaintes!

Être pardonné

« Ma grâce te suffit, car ma force (littéralement : la force) s’accomplit (se réalise) dans la faiblesse », dit ce célèbre passage au verset 9. Après des prières répétées, instantes, où il se plaignait voire parfois se rebellait, Paul a reçu de Jésus une réponse personnelle, qu’il désire partager avec les chrétiens de Corinthe et aussi avec nous aujourd’hui. La seule chose qui compte dans la vie d’un disciple de Jésus, ce n’est pas sa propre force, mais la grâce de Dieu. Paul a pu le constater lui-même à plusieurs reprises : ses beaux plans stratégiques pour la mission ont parfois été réduits à néant; son espoir de convaincre tous les juifs que Jésus était leur Messie ne s’est pas réalisé; ses problèmes de santé lui ont coûté beaucoup de forces. Et il a vu son annonce de la bonne nouvelle se heurter à d’énormes résistances. Mais tout cela ne compte pas. La seule chose qui compte, c’est de recevoir la grâce par Jésus et de la laisser agir. Car seule la grâce fait que toute faute est lavée. Seule la grâce guérit de toutes les blessures. Seule la grâce donne un nouveau départ. Ici, toute force personnelle serait complètement déplacée. Ce n’est que par notre faiblesse que la puissance de Dieu se réalise.

C’était déjà le cas lorsque Jésus prêchait en Galilée et en Judée. Ceux qui se vantaient d’être justes, ceux qui plaçaient leur religion dans les apparences, restaient imperméables au message de la grâce de Dieu. Au contraire, ceux qui étaient faibles et brisés ont reçu par ce message une nouvelle vie. Paul remarque que dans sa propre vie aussi, il a été important de passer par la souffrance et la faiblesse pour que Jésus puisse agir d’autant plus fortement en lui et à travers lui. Beaucoup de chrétiens dans le monde en font l’expérience aujourd’hui : forcés à vivre dans la détresse et la persécution, c’est justement en ces moments difficiles, qui leur enlèvent toute force, qu’ils sont d’autant plus fortifiés de l’intérieur. C’est alors qu’ils remarquent beaucoup plus clairement combien Jésus est proche d’eux.

[...]

Être courageux

Celui qui a confiance en lui-même et en ses propres forces est souvent déçu. Mais celui qui vit seulement de la grâce de Dieu devient courageux. C’est pourquoi Paul ne veut pas parler de ses succès, de sa sagesse, de son activité missionnaire, comme il aurait certainement pu le faire. Au contraire, il met en avant sa faiblesse, ses difficultés, ses épreuves. Pour mieux montrer, par son exemple, que c’est toujours Jésus qui crée du nouveau, qui donne le succès, qui ouvre des chemins. Cela conduit même Paul à être presque fier de toutes ses faiblesses, ses erreurs, ses détresses, ses persécutions et ses peurs. Car c’est seulement à travers elles que la puissance de Dieu peut se déployer. C’est seulement quand les humains ne se grandissent pas eux-mêmes que la grandeur de Dieu peut agir. Cette vérité, que Paul a dû découvrir douloureusement dans son propre corps, fortifie aussi beaucoup de chrétiens confrontés à la persécution aujourd’hui. Leur souffrance est grande, mais la puissance de Dieu est encore plus grande. Par elle, beaucoup de chrétiens opprimés deviennent courageux et forts dans leur foi. Et nous recevons encore et toujours cette demande de la part des églises persécutées : « Ne priez pas pour que nos souffrances cessent, mais pour que le Seigneur nous apporte son soutien dans ces souffrances et rende notre témoignage fort! »

C’est tout l’inverse de ce que nous voyons dans bien des églises occidentales, où certains responsables et leurs communautés se glorifient eux-mêmes par des chiffres fascinants et se prévalent de leur propre succès. Et les prédications n’y parlent presque seulement du Dieu fort, qui voudrait que tous les chrétiens soient forts, qu’ils guérissent de toute maladie et qu’ils vivent de grandes choses. Le fait que la puissance de Dieu ne se manifeste qu’au travers de la souffrance et de la faiblesse, comme le reconnaît Paul, y est complètement occulté.

C’est pourquoi, en ce jour de prière pour les chrétiens persécutés, nous voulons prier avant tout pour que nos frères et nos sœurs dans la détresse deviennent courageux et forts dans leur faiblesse même, afin de manifester la grandeur de Jésus. Cependant, nous voulons aussi prier pour les chrétiens qui sont épargnés par les épreuves et qui, pour cette raison, risquent de se croire forts, si forts que Dieu ne pourrait presque plus agir en eux.

Ekkehard Graf, doyen à Marbach am Neckar

 


 

Prions pour la Chine :

  • Pour tous les responsables chrétiens, afin qu’ils persévèrent courageusement dans leur foi en Jésus-Christ et continuent à annoncer l’Évangile. Malgré la croissance économique, des millions de citoyens sont à la recherche d’un sens et d’une signification à leur vie.
  • Pour les enfants de familles chrétiennes, afin que Jésus se révèle à eux et qu’ils restent inébranlables même quand ils sont discriminés et menacés à cause de leur foi. Et pour qu’ils puissent continuer à grandir dans la foi malgré les restrictions étatiques.
  • Pour les chrétiens d’origine ouïghoure/musulmane ou tibétaine/bouddhiste. Ils sont persécutés aussi par leur propre peuple et leur propre famille s’ils se tournent vers Jésus. Ils ne peuvent pratiquer leur foi qu’avec une grande prudence.
  • Pour les chrétiens de toutes les églises, afin qu’ils préservent l’unité de l’Esprit et se fortifient mutuellement dans la foi.
  • Pour les autorités du pays, afin que Jésus-Christ éclaire leur intelligence et les conduise à la connaissance de Dieu, en ouvrant leur cœur à l’Évangile; prions pour qu’elles gouvernent leur peuple avec sagesse et dans la liberté, et non par la contrainte.

Prions pour le Nigéria :

  • En remerciant Dieu pour les conversions et la croissance de l’Église malgré les dangers et la persécution.
    Pour la persévérance des chrétiens dans la foi, pour leur consolation, leur protection, et pour l’accompagnement des convertis, dans le nord du Nigeria.
  • Pour que les chrétiens des régions épargnées par la violence accueillent avec amour ceux qui ont dû fuir.
  • Pour la libération des personnes enlevées [par Boko Haram], pour la guérison des traumatismes après un viol, un enlèvement ou un mariage forcé.
  • Pour le pardon et le repentir de ceux qui ont cédé aux pressions et se sont convertis à l’islam.
  • Pour l’amour et la sagesse des pasteurs et autres responsables, afin qu’ils accomplissent fidèlement leur ministère de véritables bergers de leur troupeau au milieu des loups.
  • Pour l’intégrité, la sagesse et la détermination des politiciens à résister à la tentation de la corruption, à agir contre les groupes violents et les criminels et à promouvoir le développement économique au profit de tous.

Prions pour l’Ukraine orientale :

  • Pour la paix et un cessez-le-feu définitif dans la région du Donbass.
  • Pour le développement économique du pays.
  • Pour la sagesse du nouveau gouvernement ukrainien élu en avril 2019.
  • Pour la protection et la sécurité de plusieurs équipes de Licht im Osten (Mission « Lumière à l’Est »), qui apportent leur aide en paroles et en actes plusieurs fois par semaine dans le territoire occupé près du front de guerre.
  • Pour que les circonstances difficiles dues à la guerre et à la situation économique conduisent les gens à la foi et que de nouvelles communautés voient le jour.
  • Pour que les réenregistrements exigés des communautés évangéliques soient reconnus par les autorités.

 


 

Fraternellement en Jésus,

 

Éléazar, le moine belliqueux

_______________
Tous les passages bibliques cités sont tirés de La Bible du Semeur (Colorado Springs : Biblica, 2000).

(1) Deuxième lettre de l’apôtre Paul aux Corinthiens, chapitre 12, versets 9 et 10.

 

page d'introduction

calendrier liturgique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *