Rédimer la Saint-Valentin?

Bannière MB - St-Valentin

Saint-Valentin

Rédimer la Saint-Valentin?

Rédimer : Racheter.
Racheter : Sauver par la rédemption; compenser, faire pardonner… (1)

Devrais-je essayer de rédimer la fête de la Saint-Valentin pour l’inclure à mon calendrier liturgique évangélique?

Par rédimer, je veux dire ici redéfinir, donner un nouveau sens, une nouvelle vocation, qui cadrerait avec la raison d’être de mon calendrier évangélique. Dans un billet précédent, j’expliquais qu’« un calendrier liturgique sert à produire la cohésion au sein d’une communauté de foi, en mettant l’accent sur certains thèmes qui sont incorporés de plus en plus au fil des années dans la mémoire collective et individuelle. » Et le thème que je voulais mettre de l’avant dans mon calendrier, c’est l’espérance du retour du Seigneur Jésus-Christ.

Alors posons-nous la question : en quoi la Saint-Valentin peut-elle contribuer à stimuler notre espérance dans le retour du Seigneur?

Culte de fertilité, martyrs et amour courtois?

Certainement pas par ses origines historiques confuses! (2)

D’une part, plusieurs l’associent aux Lupercales romaines, célébrées le 15 février en l’honneur de Lupercus, dieu protecteur des troupeaux et des bergers. D’autre part, il existerait plusieurs Valentin qui seraient morts martyrs et qui sont tous commémorés le 14 février. Et les histoires expliquant le titre de patron des amoureux semblent relever davantage de la légende que du fait.

« Les coutumes populaires associées à la fête de la Saint-Valentin prennent sans aucun doute leur origine dans la croyance traditionnelle généralement reçue en Angleterre et en France durant le Moyen-Âge, selon laquelle le 14 février, c’est-à-dire au milieu du second mois de l’année, les oiseaux commencent à s’accoupler. » (3)

À mon avis, il n’y a pas grand-chose à rédimer dans tout cela.

Commercialisation et confusion

De nos jours, il est clair que la fête s’inscrit au calendrier à cause des bonnes affaires qu’elle suscite. À peu près au milieu de la période séparant la frénésie des cadeaux de Noël et la course aux œufs de Pâques, la Saint-Valentin constitue une occasion parfaite pour les commerçants. Le Père Noël a à peine le temps de retourner au Pôle Nord que déjà les coeurs rouges apparaissent partout, attirant nos regards et nos porte-feuilles.

De plus, pour ma part, je ne peux que déplorer la confusion qui existe dans la tête des gens. On célèbre l’amour, oui, mais quel amour? On ne parle plus d’engagement. Même le romantisme passe peu à peu dans l’oubli. On ne parle plus que de passion, d’amour charnel. La sécularisation de la société a carrément perverti la compréhension que l’on a de l’amour.

S’il y a quelque chose à rédimer, il faut que ce soit ça.

Rédimer l’amour, car l’amour rédime!

Dans nos églises évangéliques, la Saint-Valentin devient souvent un prétexte pour faire une prédication, ou même toute une conférence, sur le couple, sur les responsabilités de l’époux et de l’épouse, sur le fait que le mari doit aimer sa femme comme Christ a aimé son Église. (4) À mon avis, ce n’est pas suffisant. Il faut aller beaucoup plus loin.

Il faut parler de l’amour, mais de l’amour de Dieu, car « Dieu est amour ». (5) Cela touche à sa nature même. C’est ce qui motive son plan de rédemption.

« Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle. » (6)

« En effet, l’amour du Christ nous étreint, car nous avons acquis la certitude qu’un seul homme est mort pour tous : donc tous sont morts en lui. Et il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort à leur place et ressuscité pour eux. » (7)

« Oui, j’en ai l’absolue certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni ce qui est en haut ni ce qui est en bas, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous arracher à l’amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ notre Seigneur. » (8)

L’amour de Dieu est grand. L’amour de Dieu est fort. C’est à cause de cet amour que Dieu, au fil des siècles, poursuit l’humanité, cherche à l’atteindre, à la gagner. À la rédimer.

Oui, s’il y a quelque chose qui peut stimuler notre espérance dans le retour du Seigneur, c’est l’amour de Dieu pour nous, manifesté en Jésus-Christ.

Oui, nous devons rédimer la Saint-Valentin, la fête de l’amour, parce que le véritable amour rédime.

 

Que le Père nous accorde à tous,
à la mesure de ses glorieuses richesses,
d’être fortifiés avec puissance par son Esprit dans notre être intérieur;
que le Christ habite dans notre cœur par la foi;
et qu’enracinés et solidement fondés dans l’amour,
nous soyons ainsi à même de comprendre,
avec tous ceux qui appartiennent à Dieu,
combien l’amour du Christ est large, long, élevé et profond.
Oui, soyons à même de connaître cet amour
qui surpasse tout ce qu’on peut en connaître,
et soyons ainsi remplis de toute la plénitude de Dieu. (9)

Fraternellement en Jésus,

Éléazar, le moine belliqueux

_______________
Tous les passages cités sont tirés de La Bible du Semeur (Colorado Springs : Biblica, 2000).

(1) Dictionnaire numérique Antidote v. 8.5. Druide informatique. 2015.
(2) Voici quelques sites consultés sur l’origine de la fête : Saint-Valentin – Wikipédia; Saint-Valentin – Radio-Canada; Les origines de la Saint-Valentin par Evelyne Ferron, sur Historia; Mais qui était (vraiment) St-Valentin par Laurence Desjoyaux, sur La Vie.
(3) « The popular customs associated with Saint Valentine's Day undoubtedly had their origin in a conventional belief generally received in England and France during the Middle Ages, that on February 14, i.e. half way through the second month of the year, the birds began to pair. » New Advent – Catholic Encyclopedia : St. Valentine.
(4) Voir la Lettre de l’apôtre Paul aux Éphésiens, chapitre 5, versets 25 et suivants.
(5) Première lettre de Jean, chapitre 4, verset 8.
(6) Évangile selon Jean, chapitre 3, verset 16.
(7) Deuxième lettre de l’apôtre Paul aux Corinthiens, chapitre 5, versets 14 et 15.
(8) Lettre de l’apôtre Paul aux Romains, chapitre 8, versets 38 et 39.
(9) D’après la Lettre de l’apôtre Paul aux Éphésiens, chapitre 3, versets 16 à 19.

 

calendrier liturgique

page d'introduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *