Appelé par ton nom 40

Bannière MB - Pâques 2020

« Si tu traverses de l’eau, je serai moi-même avec toi »

40

Après le vendredi « saint » et sombre, le sabbat. Tout le monde se repose, tandis que le corps de Jésus repose dans le tombeau scellé.

Quelques paroles du prophète Ésaïe résument les heures qui ont précédé. (1)

C’est de nos maladies qu’il s’est chargé…
ce sont nos souffrances qu’il a prises sur lui.
C’est pour nos péchés qu’il a été percé,
c’est pour nos fautes qu’il a été brisé.

On l’a frappé et il s’est humilié,
il n’a pas dit un mot.

Semblable à un agneau mené à l’abattoir, […]
il n’a pas dit un mot…

Il a été arraché à la vie…
on l’a retranché du pays des vivants…

Il a été frappé à mort
à cause [de nos] péchés…

Juste une minute de silence, s’il vous plait. Juste une minute pour peser le poids de ces paroles.

 


Je sais qu’il est revenu à la vie. Mais les disciples, eux, et les femmes qui l’ont suivi avec ferveur, ne pensaient peut-être pas à la résurrection, durant ce long sabbat.

La peur, l’horreur et le désarroi, souvent,
jettent un voile sur l’espérance.

 


Jésus,

Pour apprécier Pâques,
je dois gouter
ne serait-ce qu’un peu
l’amertume de la souffrance et du tombeau

Pour apprécier ton retour à la vie
je dois visiter
dans le lieu secret de mon cœur
la croix nue
le tombeau étouffant
le silence désespérant

Rends vifs dans mon esprit
ces souvenirs devenus mémoire collective
afin que la gratitude
devienne
le langage de mon cœur

 

Débora

_______________
(1) Texte en italiques : extraits d’Ésaïe 53.4-8; version Semeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *